Publié dans Atelier d'écriture

Par la fenêtre de la cuisine…

Une épaisse couche de neige s’était accumulée durant les dernières heures, tout était recouvert. Les arbres avaient revêtu leur habit de dentelles et les rares petits oiseaux qui s’aventuraient dans leurs branches produisaient une multitude de petites explosions en nuage de poussière blanche. Voilà ce que j’observais par la fenêtre de la cuisine, un café dans une main, une clope dans l’autre.

Au départ, je ne voulais pas sortir. Non pas que je crains le froid, mais je ne voulais pas abîmer ce superbe manteau lisse avec les empreintes de mes pas. Le chat l’avait pourtant fait sans se gêner ; quelques traces, sur une courte distance. C’est un chat de salon, il n’apprécie pas de se mouiller les pattes.

La réserve de graines pour les oiseaux étant presque à sec, je suis finalement sorti pour l’approvisionner. Il neigeait encore légèrement. Ce qui m’a marqué, c’est le silence. C’est beau ce silence, on dirait presque que le monde s’arrête dans ces cas-là. J’ai remarqué aussi que les graines tombées de la mangeoire formaient comme un coeur et je me suis souvenu d’une vidéo ⎯ ou un dessin, je ne sais plus ⎯ vue sur Internet : un homme disposait en coeur les graines qu’il donnait aux oiseaux, juste en contrebas d’une fenêtre. En faisant ça, lorsque sa femme s’éveillait et regardait par la fenêtre de la chambre, elle voyait un tapis d’oiseaux en forme de coeur.

Je n’avais pas assez de graines pour former un tel tapis, alors j’ai dessiné un immense coeur dans la neige, j’ai dégagé jusqu’à l’herbe pour bien marquer le dessin.

Quand tu te réveilleras, ma belle, en regardant par la fenêtre de la cuisine, tu verras mon coeur. J’espère qu’il te plaira.