Publié dans Intime

Tout nous oppose

Il est étrange ce lien qui nous assemble. Il est fort ce lien qui nous rapproche. Il est beau mais très difficile à expliquer. Il est obscur et mystérieux.

Il est étrange parce que tout nous oppose. Tu veux du thé, moi du café. Tu aimes le chaud, je préfère le froid. Tu es tactile, “ne me touchez pas !” Tu es naïve, je suis défiant.

Tu es très volubile, moi, il faut quasiment me sortir les mots de la bouche. (C’est vrai que tu es très bavarde, il faut l’avouer. Tu parles pour deux, mais ça me va. Et puis, je déteste le silence.)

Tu aimes l’ordre et le prévisible, et c’est difficile de t’initier au moindre changement. Pour moi, c’est l’imprévu qui rythme le pouls. Et même, je voudrais être le grain de sable qui enraye ton mécanisme, qui modifie le cours des choses juste pour que tu aies le plaisir de voir ce que ça donne. Le revers de la médaille, c’est l’impossibilité pour moi de songer à une vie bien rangée, tranquille, pépère, dans laquelle tout est prévu jusqu’à la couleur du papier peint de la chambre dans quinze ans. Je pourrais décider demain matin de partir à l’aventure, un road trip sans connaître ni durée ni direction, alors que toi, tu as déjà réservé tes vacances pour l’année prochaine.

Tout nous oppose, oui mais pourtant… tu es la belle, MA belle, je suis la bête. Je suis le ciel, tu es la terre. Je suis le sujet, tu es le verbe. Moi, sel, toi poivre, noir et blanc, vanille et chocolat, Tic et Tac, etc. Il y a encore des tas d’exemples d’inséparables comme ceux-là. Ce que je veux dire, c’est que l’un ne va pas sans l’autre. L’un n’a même aucune raison d’être sans l’autre. Une symétrie axiale : les figures sont opposées, avec l’axe qui les sépare, mais elles sont semblables. Tu es l’air et je suis feu, et quoi qu’il en soit, l’une attise l’autre et vice-versa. C’est même intense d’imaginer la puissance en nous combinant à l’extrême : une tornade de feu, jusqu’au nuage de feu où même des éclairs se produisent. Rien ne nous arrêterait. Imagine comme ce serait intense ! Ça l’est déjà en fait parce que… tu aimes le chaud et moi le froid. On va chercher dans l’autre ce dont on a besoin dans une parfaite réciprocité, en symbiose.

Alors, ma belle, reste volubile, au sens botanique du terme. Je serai ton support. Ce sera ma raison d’être, ma raison de vivre, en fonction de toi. Je serai ton support. Mais promets-moi d’inverser les rôles de temps à autre pour que moi aussi je puisse m’enrouler autour de toi et t’envelopper.